Galerie d'art Abrupt  
 
.
 
Accueil > Artistes

- ACONCHA
- CÄSAR Peter
- DEBARRAH Hamid
- DIMISCA Laurentiu
- GEOFFROY Christiane
- HUMAIR Daniel
- JAMBRESIC Mario
- LEGEMBRE Valérie
- LEIERSEDER Andrea
- MADHYA PRADESH : Bhuri Bai - Pema Fatya - Purshotan- Rajendrah
- MARIETTE
- MARTIN Jean-Baptiste
- MITHILA (Femmes peintres)
- MÜNCH Sabine
- NESTA Fabrice
- ORCIERE Line
- PINZUTI-GINTZ Patricia
- PIOT Marcel
- POMP Uschi
- RAIMO Gennaro
- SARO Julien
- VOLLIN Serge

 

 

 

 

MARIETTE

Extraits d’un entretien de Rosa Abdaloff avec Mariette, en mai 2015.
A lire dans son intégralité sur le site de Rosa Abdaloff : http://www.moshituc.com

Mariette, qui êtes-vous ?
Je suis née le 14 juillet 1961. Je suis la troisième des cinq filles de Marc et Aimée Pessin. En1978, je rencontre Bernard Sougey-Lardin.

Mariette, que faites-vous ?
J’aime faire !

Depuis quand créez-vous ?
Au plus loin que je me souvienne j’ai toujours dessiné, fait de la poterie, du papier mâché, des petites boites enfermant mes histoires.

Psycho magie ?
J’ai été très impressionnée par les livres d’Alejandro Jodorowsky, surtout La danse de la réalité, d’où mon envie de pratiquer la psycho magie et de m’imposer des petits rituels. Tout le monde se plaît à dire que le quotidien est ennuyeux, qu’il ne faut pas laisser s’installer la routine. Moi au contraire j’aime les rituels, cet éternel recommencement des jours et des nuits et cette belle phrase qui ne me quitte jamais : Nos vies sont rythmés sur la course du soleil, au moment les plus sombres il y a la promesse de l’aube…

Dans la Maison de Mariette, on trouve également quantité de lettres d’un autre temps, réelles ou fictives, mais toujours comme oubliées, … quelle est la place de ces lettres dans votre imaginaire ?
Le mail-art fait partie de mon travail, c’est comme un acte de magie : faire une enveloppe peinte pour une personne que j’apprécie, une petite partie de moi que j’envoie. Glisser un courrier et attendre qu’on me réponde. J’ai de nombreux correspondants, certains que je connais d’autre pas et pourtant nous correspondons depuis plus de 10 ans ! La genèse de ma création prend source dans le temps qui passe inexorablement…

Finalement, la notion de « temps » est partie intégrante de vos travaux. Un temps qui appelle à la solitude ?
Oui la création pour moi exige le silence, un retour en soi. Mon rituel pour me mettre en “condition” est de faire de petites têtes en céramique. J’en confectionne 100 par jour. J’ai commencé il y très longtemps, et c’est devenu une nécessité quand j’attendais mon premier bébé, Charlotte. Je me suis dit que mon temps de création serait restreint. Chaque jour, pendant une heure, je fais mes 100 petites têtes ce qui me procure une sorte de vide dans la tête pour ne laisser place qu’à l’imaginaire.

Dans le catalogue de l’exposition, vous pourrez découvrir un texte inédit de Jean-Paul Gavard- Perret.

 

 
.
Facebook de la galerie Abruptvide